Mes autres comptes

Emplois et stages

Blog powered by Typepad
Membre depuis 05/2006

« Une enquête fait la joie des eurosceptiques | Accueil | Sur LCP-AN »

Commentaires

A-J Holbecq

Je vous entendais, dans "c'est dans l'air", affirmer plusieurs fois que la seule solution, quel que soit le gouvernement, était pour la France de garder absolument sa note AAA, comme si (pour vous) un pays n'avait d'autre possibilité que d'emprunter ses besoins monétaires (de sa propre monnaie, je ne parle pas d'autres devises) sur les marchés financiers.
Mais Monsieur Reynié, l'article 123 de Lisbonne est une invention humaine, il n'y a aucune loi divine qui interdise à un État de remplacer tout ou partie de la création monétaire actuelle par les banques commerciales (privées) , par une création monétaire équivalente par la Banque Centrale.
C'est l'avis de Irving Fisher, Maurice Allais et bien d'autres économistes.
Heureusement même aujourd'hui tout le monde ne vous "écoute" pas .. exemple par Nicolas Hulot : https://finanbulles.fr/blog/?p=489 (je n'en cite pas d'autres)
Salutations

Benoit Ginestet

Votre analyse est intéressante, mais curieuse.
Vous définissez le populisme comme la volonté de faire passer le suffrage direct devant le suffrage représentatif.
A ce titre, la Constitution française depuis 1958, la Suisse, l'Etat de Californie sont les parangons du populisme.
L'Arabie Saoudite ne l'est pas.
Etes-vous certain de ne pas avoir fondamentalement un problème avec la démocratie ?

A-J Holbecq

Outre le problème avec la démocratie, Monsieur Reynié semble avoir un problème avec les chiffres.
N'a t-il pas hier soir annoncé (dans "c'est dans l'air")à propos des "prélèvements obligatoires " L'Etat français, pour son fonctionnement, prélève 56% de la richesse".


Non, Monsieur Reynié, l’État français prélève pour ses dépenses de fonctionnement ET d'investissement - sur un PIB de 1950 Md€, un total (2010) de 514,6 Md€, soit 26,6% du PIB de "prélèvement obligatoire"

Les « Prélèvements Obligatoires » sont une autre notion qui inclue, en plus de ce qui précède, les cotisations sociales (lesquelles sont intégralement redistribuées aux français sous forme de solidarité).
Nous en sommes à 837,3 Md ce qui représentent des PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES TOTAUX de 42,9% du PIB (comme vous l'a d'ailleurs fait gentiment remarquer Monsieur Fremaux)

Bien sur l’État a d’autres recettes qui ne rentrent pas dans les "prélèvements obligatoires." :
Ventes et autres recettes de production pour 124,2 md€


Les DEPENSES de l’État sont donc de 961,5 Md€ ce qui représente 49,3 du PIB.
A cela, en ajoutant le déficit de 137 Md€ (qu’il faut emprunter, mais qui incluent aussi les intérêts illégitimes pour environ 45 Md€) … et là, on arrive bien à des dépenses publiques de l’ordre de 56% du PIB : mais rien à voir avec les « prélèvements obligatoires »…

Rappelons-nous que là-dessus les cotisations sociales (solidarité nationale) représentent 30% de ces dépenses publiques

Reynié

@A-J Holbecq : Monsieur, vous confondez le taux des prélèvements obligatoires (que j'ai évoqué mais sans citer de chiffres) et le taux de dépenses publiques, dont j'ai commenté le montant. Je maintiens que le taux de dépenses publiques en France est bien de 56% en 2010 (mais c'est assez connu).

A-J Holbecq

Monsieur Reynié

Vous "mélangez" les dépenses de l’État français et la solidarité entre français en intégrant par exemple la sécurité sociale dont 496 Md€ sont inclus dans votre calcul des "dépenses" (ces dépenses sont d'ailleurs du PIB des professions de santé)

De plus,comment pouvez vous ne pas comprendre que les dépenses des uns (l'Etat, la SS, des dépenses des collectivités locales, l'enseignement, etc) font les recettes "des autres".

Même dans le "à quoi servent nos impôts" joint à la déclaration IRPP 2010 les dépenses sont affichées pour 419,7 Md€

Ce qui n'est pas pris en charge par l'Etat devra l'être par le privé .. vous avez le droit de considérer que ce serait plus efficace (et vous avez sans doute raison dans certain cas)

La seule chose qui "coûte" (si ce n'est du travail), c'est le delta de notre balance des transactions (intégrant les 4 balances) ; https://tinyurl.com/6h79esg
40 milliards d'euros par an pour le moment.

La monnaie circule.. même Attali s'en est aperçu ( https://tinyurl.com/3vmwnal )

Guégaden

Ne consiérez vous pas que la montée de ce que vous appelez les populismes, que l'on accolent à mon avis à tort soit à l'extreme droite soit à l'extreme gauche, qui sont pour les premiers essentiellement caractérisés par le nationalisme et la xénophobie, et pour les second caractérisés par l'international socialiste issus des mouvements marxistes léninistes du début du siècle dernier, n'est pas plutôt du à la dérive des partis politiques et des syndicats qui défendent avant tout les personnes ayant une garantie d'insertion dans la société plus facile: les partis traditionnels reposent surtout sur le discours de protection d'avantages acquis soit patrimoniaux, soit statutaires et exclus de leur rang toute une partie de la population qui est sous representée par les corps intermédiaires: personnes agées, chomeurs, catégories sociales défavorisées etc ... ces populations se retrouvant souvent absentes des elections intermédiaires, car justement non représentées, et ne participe en fin de compte qu'aux elections presidentielles car là elle ont des representants traités presque comme les autres partie de la société. le système bi partisan de la démocratie à la fançaise accentue.Il est clair que si nos institutions ne sont pas revues, il est en effet a craindre un e augmentation de ces partis revendicatifs.

Pascale Roger

En quoi le populisme en France remet-il en cause la démocratie représentative ?
Le Front national qui est qualifié de "populiste" ( également par sa Présidente elle-même) cherche à obtenir une représentativité à l'assemblée nationale ! Il réclame justement la proportionnelle pour que le mode de scrutin ne soit pas un obstacle à sa représentativité!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

février 2012

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29